le forum de la voile et de la mer

Sujets sur la belle bleue, les marins, les bateaux : actus, débats, art, culture, technique, nautisme, belle plaisance, voyage, navigation.

Mots-clés

Derniers sujets

» Au secours de ma serre bauquière, mes barrots et mon rêve
Dim 17 Sep 2017 - 21:03 par damdam

» Esquive cyclonique
Dim 17 Sep 2017 - 19:56 par jpla

»  " J "
Jeu 14 Sep 2017 - 22:11 par lepilori

» DON, le Romanée d'Izabel Pimentel
Jeu 14 Sep 2017 - 8:50 par GG

» Recherche!
Jeu 14 Sep 2017 - 8:33 par jiceay

» Et la Coupe de l'America, on en parle ?
Mar 12 Sep 2017 - 22:27 par arthur gordon

» G fait un dessin avec GG et G navigué tout autour de la Bretagne !
Mer 6 Sep 2017 - 20:20 par Vito _/)

» Hola
Mar 5 Sep 2017 - 6:10 par heros de l'amer

» Le cap Horn des touristes...
Lun 4 Sep 2017 - 17:51 par jpla

Petites annonces

    Saba 50

    Partagez
    avatar
    GG

    Re: Saba 50

    Message par GG le Mer 22 Avr 2015 - 10:37

    Oui Kobaya, avant les bateaux étaient dessinés pour naviguer et il y avait une belle brochette d'Archis, certains traditionalistes mais d'autres bien futuristes qui ont eu du mal à faire passer leur conception de la plaisance, même si maintenant ces bateaux sont des références ( passées, mais références quand même)
    Et oui aussi JPLA, actuellement peu importe ce que feront leurs clients des bateaux fabriqués.
    Les bateaux sont dessinés pour être vendus, point barre .
    Si tu as les moyens achète un Amel, ou un Swan ou un Garcia ou tout ce qui se construit chez Multiplast, ou chez Jézéquel pour du bois,ou un cata de Lerouge, la tu auras un bateau prévu pour naviguer, à TON goût, sans marketingage à outrance.
    Juste prévoir pour l'achat de cette perle de revendre au préalable :
    ta peau des fesses
    un bras
    un œil
    et une paupière pour l'électronique 
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mer 22 Avr 2015 - 22:49

    Et au près ?
    Le fardage tue l'amour !

    Lorsque le vent monte, on réduit la toile.
    Mais on ne réduit pas les surfaces des superstructures qui continuent de prendre le vent ; c'est vrai sur tous les bateaux.
    Si vous construisez un sous-marin à voile, avec seulement une aile propulsive dans l'air et tout le reste dans l'eau, vous allez pouvoir remonter au vent dans 50 ou 60 nœuds. C'est sûr. Le problème, ça va juste être lorsque vous allez sortir la tête pour voir.

    Sur le Saba de FP, où les superstructures du bâtiment touchent au gigantisme, lorsque le vent monte plus aucune route n'est possible aux allures près du vent.
    Et la limite vient vite.
    Passé 20 nœuds, ce bateau ne marche plus contre le vent.
    C'est comme ça, tout le monde le sait, il faut s'interdire certaines routes, prendre des gribs pour toujours se placer au mieux, partir plus tôt ou plus tard, et remplir la cuve de 900 litres pour les deux 75 CV.
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mer 22 Avr 2015 - 22:55

    Ben oui, le salut sur ces bateaux, se sont les moteurs.
    Le Saba 50 est un fifty !
    Peut-être même un 80%, un eighty.
    Si vous additionnez toutes les énergies fossiles consommées pour le pilote, les frigos, le winch élec, le déssal et les lampes bleues, c'est peut-être même un 90%, un ninety.
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mer 22 Avr 2015 - 23:08

    Et à la mer ?

    À la mer, j'ai trouvé que la carène se tenait plutôt bien !
    Traîne pas d'eau, bonnes lignes.
    Bon.
    À 6 nœuds, difficile d'atteindre les sur-vitesses.
    Le bateau est long, il est lourd, l'inertie est importante et les mouvements sont lents.
    Ce bateau devrait supporter tous les temps dans lesquels il est raisonnable de le mettre.

    Notez.
    Le constructeur n'a pas prévu de trappes d'évacuation dans le bas des coques.
    Comme si le bateau était conçu pour ne jamais se mettre sur le toit.
    avatar
    arthur gordon

    Re: Saba 50

    Message par arthur gordon le Mer 22 Avr 2015 - 23:56

    jpla a écrit:les superstructures du bâtiment touchent au gigantisme... (...) + cuve de 900 litres d'hydrocarbures etc.

    Le mât de ce cata, c'est un puits de pétrole en fait.

    Donc ce cata est une plateforme pétrolière (mêmes performances etc.).

    jpla a écrit:Comme si le bateau était conçu pour ne jamais se mettre sur le toit.

    Une plateforme pétrolière n'est pas prévue pour se retourner. Que je sache.
    avatar
    GG

    Re: Saba 50

    Message par GG le Jeu 23 Avr 2015 - 8:20

    Tu parles d'un Fifty ?

    ben non !

    Il y a deux moteurs, donc c'est un centy study
    avatar
    Vito _/)

    Re: Saba 50

    Message par Vito _/) le Jeu 23 Avr 2015 - 8:28

    jpla a écrit:
    Notez.
    Le constructeur n'a pas prévu de trappes d'évacuation dans le bas des coques.
    Comme si le bateau était conçu pour ne jamais se mettre sur le toit.

    J'apprends un truc, là. Je croyais que c'était obligatoire, les 'issues de secours'. J'ai raté un épisode ?
    avatar
    Flora;)

    Re: Saba 50

    Message par Flora;) le Jeu 23 Avr 2015 - 8:51

    jpla a écrit:

    J'ai bien peur d'être une niche à moi tout seul !

    Sinon, vous étés en train de dire que nous sommes dans un monde où l'on fabrique des bateaux pour faire autre chose que naviguer sur la mer.


    Ils ont pas encore pris contact avec toi, les communiquants de FP, je veux dire ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Jeu 23 Avr 2015 - 21:30

    Trois diesels avec le générateur électrique, GG, un 150% !?
    Les trappes d'évacuation, Vito_/), Christophe les a cherchées, et pas trouvées.

    -----

    Une limite pour ce bateau ?

    Dans le coup de vent du mardi 24 mars, devant la Galice, les escaliers sis dans les deux jupes arrières disparaissaient dans les vagues rattrapantes.
    Disons… une fois par minute, ou deux minutes.
    Et parfois, une vague plus grosse venait à l'assaut de la plateforme à la couvrir d'eau qui venait mourir au pied de la baie coulissante fermant la nacelle.

    C'est pas mal foutu, ça.
    En fait de paillasson, devant la baie coulissante, un caillebotis.
    Sous le caillebotis, une fosse, et à fond de fosse, une évacuation directe ; on voit la mer dessous.
    De quoi atténuer, un peu, les velléités des paquets d'eau à rentrer dans la cabane.

    Qu'en serait-il avec une mer plus forte ?
    La baie coulissante, à peu près la même que celle de votre maison, résisterait-elle à des assauts violents et répétés ?
    Et si la baie venait à céder, l'eau poursuivrait sur son élan jusqu'aux descentes des deux coques ? Dégringolerait les escaliers ? Et à fond de cale les pompes automatiques refouleraient le liquide jusqu'à la mer ?
    Le générateur électrique démarrerait pour tenir la charge des batteries qui alimentent les pompes électriques ? Le circuit de fuel ne se désamorcerait pas dans les mouvements du bateau ? Et tout ça et le reste ?
    Nous n'en étions pas là !

    Nous étions bien.
    Nous ne nous sommes jamais fait peur.
    Le bateau se comportait très convenablement.
    Un peu de concentration dans l'équipage, mais même pas de mal de mer.
    Bon.
    Si il y a une limite pour le Saba 50, elle n'est pas loin du temps dans lequel nous étions ce matin-là.
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Jeu 23 Avr 2015 - 22:04

    jpla a écrit:
    En fait de paillasson, devant la baie coulissante, un caillebotis.
    sur les catas, le cockpit est pratiquement de plain-pied avec la nacelle.

    Il me semble qu'il faut enjamber un surbau, dont la hauteur est réglementée, avant de passer de l'un à l'autre, destiné justement à éviter que l'eau ne puisse pénétrer directement.

    Qu'en est-il sur le Saba ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Jeu 23 Avr 2015 - 22:13

    kobaya a écrit:... Il me semble qu'il faut enjamber un surbau, dont la hauteur est réglementée, avant de passer de l'un à l'autre, destiné justement à éviter que l'eau ne puisse pénétrer directement...

    Rien.
    Je n'ai souvenir de rien qui constitue un obstacle à l'entrée directe de l'eau dans la nacelle.
    Aucune sorte de marche. Lisse et continu.

    Tu me fais quand même douter un peu.
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Jeu 23 Avr 2015 - 22:42

    Voici ce qu'en disait l'ancienne division 240 :

    "2.1.2. Les navires effectuant une navigation de lr e, 2e, 3e, ou 4e catégorie doivent
    posséder des surbaux de 400 mm au minimum dans le cockpit"


    Celle-ci est devenue caduque. Le surbau n'est sans doute plus obligatoire.

    Sur mon ancien cata (construction 1983) il y avait un surbau de 40 cm (photo)

    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Jeu 23 Avr 2015 - 23:07

    Alors, bon ou mauvais ?

    Le gréement de notre bateau était mauvais.
    Aussi mauvais soit-il, ce gréement ne suffit pas à déclasser le Saba 50.
    Ce bateau pourrait être gréé différemment, avec un vrai jeu de voiles, pourvu d'un accastillage pensé, et d'une façon générale mieux fini sous tous les angles.
    Il reprendrait ainsi un peu d'intérêt.

    Ce n'est toutefois pas mon type de bateau.
    Trop pataud et beaucoup trop lent, inexistant aux allures près du vent, trop de passages par la pompe à fuel, incompatible avec ce que je pense être la navigation hauturière au XXIème siècle.
    Et même un peu trop cheap, une sorte de manque de classe, un faux luxe un brin populaire.



    Mais sur son programme, la location près un public qui fait de la voile cette année, qui fera du canyoning l'année prochaine et les ruines romaines de Libye l'année d'après.
    Pour faire 10 à 20 nm par jour aux BVI, la moitié du temps au moteur, avec des objectifs Mojito/langosta.
    À tout ceci le Saba 50 est bien adapté.
    Sur son marché.



    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Jeu 23 Avr 2015 - 23:25

    jpla a écrit:une sorte de manque de classe, un faux luxe un brin populaire.
    vu le prix, un bateau de parvenu ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Jeu 23 Avr 2015 - 23:50

    À 15 tonnes lège, il y a un prix en dessous duquel tu ne peux plus descendre !

    Quinze tonnes de balsa (c'est pas lourd), de tissus de verre, de résine, de moteurs à explosion, de cuves à fuel, de mobilier, d'électro-ménager, de circuits d'eau, de chaud, de froid, une cuves à eaux noires pour six cuvettes, et tout le reste, ça coûte nécessairement.
    Il y a une relation entre la masse, les quantités d'énergie pour mettre en œuvre cette masse, les temps de travail, etc.
    Des coûts incompressibles.
    Même pour un industriel (une PME tout de même) comme FP.

    Le prix catalogue, c'est 800 000.
    Un loueur comme DYC l'aura acheté... je m'avance à 650 000.
    Pour 150 000 de moins, il est nécessaire de poser du mobilier avec des angles vifs et de boulonner un accastillage de piètre qualité ; démo in situ sur l'océan.
    Oui.
    Un bateau peut coûter 650 000 et donner une impression de "cheap", comme le disait Clément.
    avatar
    Flora;)

    Re: Saba 50

    Message par Flora;) le Ven 24 Avr 2015 - 8:12

    jpla a écrit:Coup de théâtre à bord de Devine Sailing.
    Christophe, aujourd'hui...

    "Devinez quoi ? Ce n'est plus Tortola, j'ai envoyé au chef de base, Yann, à Tortola, un pré-rapport technique, qu'il puisse s'organiser avec les petits soucis que nous avons eu, en particulier pour qu'il s'assure d'avoir bien reçu les pièces du dessal, les bers des radeaux, et je lui signale que nous n'avons ni climatisation, ni ventilateurs, du coup, cap sur St Martin, pas la peine de louer ce bateau sans clim."

    C'était vendredi dernier... toujours pas arrivés à St Martin ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Ven 24 Avr 2015 - 16:00

    J'ai eu Christophe au téléphone, là.
    Le téléphone ordinaire, le GSM.
    Et bien non.
    Ils ne sont pas à quai.

    Ils sont au mouillage ; ya plus de place à quai pour eux.
    Et bien sûr, ya pas d'annexe à bord de Devine Sailing.
    Mais ça va, ils ont trouvé des taxis.

    -----

    Fin de traversée très plan-plan.
    Avec 10 nœuds de vent, au vent arrière, un Saba 50 ça pousse pas beaucoup d'eau.
    Alors moteur.
    Cinq jours de moteur pour toucher terre.

    Rien de neuf à la pêche. Pas de daurade.
    Marc, celui dont je vous ai parlé dans le fil "Esquive", a pêché de la daurade lui.
    Marc était à Lanzarote, avec un Lagoon 400, lorsque nous étions à Las Palmas.
    Il est reparti 1 ou 2 jours plus tôt.
    Ils sont tous à St Martin.
    Les deux équipages se sont organisés hier soir pour faire un commun avec au menu un spécial thon/daurade.
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Sam 25 Avr 2015 - 14:17

    Et demain dimanche, c'est un coup d'aile pour Cuba.
    Un Catana 43 (ancienne génération) à ramener en Méditerranée.
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Sam 25 Avr 2015 - 14:19

    Vous savez ce que c'est !?

    avatar
    GG

    Re: Saba 50

    Message par GG le Sam 25 Avr 2015 - 14:39

    des lunettes anti mal de mer ou le liquide est censé représenter l'horizon et donc bien rester horizontal.
    Ce qui donne une référence à la vue et calme l'oreille interne ?
    C'est ce que j'ai cru lire sur une pub, je ne sais plus ou.
    avatar
    arthur gordon

    Re: Saba 50

    Message par arthur gordon le Sam 25 Avr 2015 - 21:26

    Alors alors ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Dim 26 Avr 2015 - 0:51

    Je ne suis pas particulièrement sujet au mal de mer.
    Il est cependant arrivé que je me fasse prendre.
    Et sans vraiment redouter ou craindre, je suis toujours prudent, attentif et concentré les premières heures suivant un embarquement à bord d'un bateau non connu.

    J'ai acheté ça une semaine avant le départ, sans vraiment ni réfléchir ni chercher à me documenter.
    Un achat flash, quoi.
    Au cas où.

    De l'air, il y en a eu dès la première nuit.
    Pas beaucoup de mer puisque sous le vent de la côte. Un peu de mouvement quand même, un tout petit peu.
    Je vais me coucher.
    Lorsque l'on dispose d'une grande cabine, et d'un cabinet de toilette pour soi tout seul, on en profite.
    Il faut enlever les multiples couches (il faisait froid), mettre de l'ordre dans les petites affaires et arranger un peu son grand lit. Contempler le data NMEA du bateau qui s'affiche sur son smartphone perso. Puis passer aux eaux, nettoyer les dents, le nez, et même peut-être l'essentiel.

    À ce stade, toujours pas de mal de mer.
    Mais cette crainte dont j'ai parlé plus haut, ou une sorte d'angoisse sourde, ou pour le moins un inconfort qui doit sans doute être interprété comme le début du commencement du premier stade du mal de mer.
    Puisque j'ai des "Boarding Ring" sous la main, je décide de les mettre sur le nez.
    Je suis STUPÉFAIT !!!


    Ça marche.

    Dans la seconde où j'ai le truc sur les yeux, il y a quelque chose qui change.
    D'un sentiment d'inconfort on passe à un sentiment d'aisance.
    Vous avez bien lu.
    La différence est INSTANTANÉE.
    J'enlève, ça rebarbouille un peu.
    Je remets, c'est retour à l'euphorie.


    Ça ne marche pas.

    Si vous avez un équipier sur le pont, le jour, par temps clair et horizon parfaitement défini.
    Qu'il est au bastingage sous le vent en train de rendre son âme à la mer.
    Alors, ces étonnantes lunettes ne lui serviront à rien, il est déjà trop tard ; cherchez éventuellement une solution chimique.
    Enfin, je pense.

    -----

    C'est ce que dit GG.
    Ou GG dit ce que le fabriquant dit de son produit.
    Ce sont là des lunettes (verre neutre) avec quatre niveaux à bulles, organisés selon deux axes.
    Lesquels axes permettent à l'œil, au cerveau, à l'oreille interne (là, je ne sais pas trop ce qui se passe), de re-définir un plan horizontal de référence valide.

    Je recommande pour la petite barbouille à la mer.
    Pour faire en sorte qu'elle ne dégénère pas vers le véritable mal de mer.
    avatar
    Flora;)

    Re: Saba 50

    Message par Flora;) le Dim 26 Avr 2015 - 8:55

    Et comment ferait le porteur de lunettes de correction ? ça se met par dessus ?
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Dim 26 Avr 2015 - 9:09

    jpla a écrit: Contempler le data NMEA du bateau qui s'affiche sur son smartphone perso.
    Ne serait-ce pas çà la cause de l'impression de  malaise ? Rolling Eyes

    Les voies (voix) du cerveau sont impénétrables...
    avatar
    GG

    Re: Saba 50

    Message par GG le Dim 26 Avr 2015 - 9:44

    perso je ne connais pas le produit, c'est une pub que j'ai lu il y a quelques temps.
    Par contre je connais la limite du produit :
    Si on ferme les yeux, ça marche beaucoup moins bien !
    avatar
    arthur gordon

    Re: Saba 50

    Message par arthur gordon le Dim 26 Avr 2015 - 18:25

    D'ailleurs, question sérieuse : les aveugles ont-ils le mal de mer ?
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Dim 26 Avr 2015 - 19:11

    arthur gordon a écrit:D'ailleurs, question sérieuse : les aveugles ont-ils le mal de mer ?

    Faudrait lui demander... Cool


    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Dim 26 Avr 2015 - 20:11

    On peut éventuellement mettre les BR par dessus des lunettes de vue si ces dernières sont de taille réduite.
    Le fabriquant propose aussi une version "clipsable" sur des lunettes pré-existantes...

    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Dim 26 Avr 2015 - 20:28

    Le meilleurs allié du marin nauséeux reste le processus d'amarinage.
    Le temps aide à ça.

    Après quelques jours, alors que l'accessoire était relégué à fond de cale, j'ai modestement essayé de réfléchir à ce qui se produisait pour ne sentir aucune gène, dehors, dedans, la tête dans un vrai livre, ou à feuilleter des pages sur un iPad, ou affairé dans la grande cuisine du bateau, ou dans ma cabine à plier mon linge, ou dans ma salle de bain à me raser.
    Je crois que ça se passe avec les pieds.
    C'est par là, je pense, que je percevais les mouvements du bateau.
    Et ma tête, sans même que j'en ai conscience, de commander de micro-contractions musculaires dans les jambes pour toujours me tenir droit.
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Lun 27 Avr 2015 - 23:34

    Flora;) a écrit:... Je ne sais pas quel âge a Christophe...

    Moi non plus.
    Mais j'ai une petite histoire qui doit permettre de caler la génération.

    -----

    Christophe est à Pornichet, en vacances, et en famille.
    Il va traîner sur les pontons parce que c'est le départ de La Baule - Dakar, course en double, édition 1987.

    Ya quelques chose qui ne va pas avec les équipiers/l'équipe de ODK. Mais Christophe n'en sait rien.
    ODK croise Christophe sur un quai :
    "- C'est toi qui vient avec moi.
    - Je suis en vacances, ya ma femme !?
    - Non, non, tu viens."
    Ou :
    " - Si, si, tu viens."
    C'est fait.
    Christophe téléphone à son épouse pour lui dire qu'il ne rentre pas le soir.
    Le sponsor accorde un billet d'avion à la dite épouse pour qu'ils poursuivent leur vacances à Dakar.
    C'est Marc Pajot qui prête à Christophe un ciré et des bottes !

    Ils cassent la GV en début de course.
    Le sponsor affrète un avion et engage tous les opérateurs/voiliers/préparateurs nécessaires pour livrer une nouvelle GV à Madère.
    Escale flash.
    Pendant le temps du montage de la nouvelle GV, les deux sont expédiés à l'hôtel pour grosse douche et grande assiette.
    Après 90 minutes, la GV est en place.
    Un type court à l'hôtel :
    "- Les mecs, c'est prêt, vous y allez de suite."
    Et ODK de répondre, assis à table devant sa pitance et une bouteille de rouge :
    "- Ben, j'ai pas fini mon assiette !"

    Ils ont fait 4 à Dakar.
    C'était sur un tri de l'époque, Poulain.
    J'en ai quelques autres avec les mêmes, mais je ne vais tout de même pas tout vous dire.
    avatar
    Flora;)

    Re: Saba 50

    Message par Flora;) le Mar 28 Avr 2015 - 8:33

    Sortie du contexte, ma question n'a pas de sens (post n° 250).
    Je m'interrogeais sur sa "philosophie" à propos de la veille, pourquoi il embarque plusieurs équipiers et tu devais nous causer d'une merveille...

    (je suis pas mauvaise en groupie, non ?)
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Mar 28 Avr 2015 - 9:11

    @ JPLA

    ton pote a du dérouler du câble... En tirant sur le fil j'ai trouvé çà :

    "Our boat now has a new captain on board, Christophe Mahe.
    His job is to transverse the world’s oceans delivering boats and in particular Catana Cats"

    Wink
    avatar
    GG

    Re: Saba 50

    Message par GG le Mar 28 Avr 2015 - 10:39

    Dis donc, ton Christophe Mahé, il n'a pas un frangin sur Brest ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mar 28 Avr 2015 - 22:21

    Sais pas, GG.
    Mais tu auras peut-être l'occasion de demander à Olivier comment s'est déroulée la course !?


    Dernière édition par jpla le Mar 28 Avr 2015 - 22:32, édité 2 fois
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mar 28 Avr 2015 - 22:30

    kobaya a écrit:... His job is to transverse the world’s oceans delivering boats and in particular Catana Cats...

    De tout ce qu'il livre, ce sont les Catanas qu'il préfère, oui.
    Faut dire qu'il y a des dérives véritables sur ces bateaux là.
    Et selon le temps et l'allure, il aime bien mettre juste ce qu'il faut sur chacune des coques.

    À propos du bateau sur lequel nous naviguions, il m'a dit avant de partir :
    "- C'est une trapanelle."
    Et aussi :
    "- Avec un Catana, on tourne autour."

    J'étais prévenu.
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mar 28 Avr 2015 - 22:31

    Flora;) a écrit:... groupie...

    De toutes les groupies que je peux avoir sur Sillages, tu es la meilleure !
    avatar
    Flora;)

    Re: Saba 50

    Message par Flora;) le Mar 28 Avr 2015 - 22:59

    Wink Je te sens mûr pour une reconversion dans la politique... et la réponse à ma question, alors ?

    A ta place, j'aurais préféré faire un bout de route sur le Catana... il va faire escale aux Açores ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mar 28 Avr 2015 - 23:09

    Flora;) a écrit:... politique...
    ... réponse à ma question...
    ... Açores...

    On m'a déjà dit ça.
    J'ai répondu que, dans nos démocraties, un politique ne peut dire que ce que son public veut entendre.

    Je suis en train d'écrire.
    Je ne me contente pas de 2 ou 3 lignes !
    Et mon plan de production ! Tu y penses ?

    Tu veux faire du Catana 43 ancienne génération ?
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mar 28 Avr 2015 - 23:35

    Les quarts, c'était de 21h00 à 9h00.
    Nous étions 4 à bord, skipper compris.
    Il y avait 4 quarts de 3 heures chaque.
    Donc le skipper prenait son quart comme les autres.

    À y regarder de près, Christophe prenait son quart à son tour.
    Mais pendant les 3 autres quarts, il était de "semi-quart".
    Avec les débutants, il dormait dans la nacelle, au plus prés de l'événement.
    Avec les autres, il était dans son lit... mais à bondir hors sa cabine au moindre truc.
    Il arrive, tu lui dis :
    "- Le vent monte un peu depuis 10 minutes."
    Il répond :
    "- J'ai vu."
    Là, il parle de ce qu'il a lu sur son iPad fonction répétiteur data NMEA.
    Ou bien, si il a oublié sa tablette en haut :
    "- J'ai entendu."

    Donc à la question de savoir comment Christophe conçoit la veille.
    La réponse est qu'il ne conçoit d'être de veille que tout le temps.

    Il a la responsabilité du bateau.
    Il est le seul pro à bord.
    Il contrôle tout, tout le temps.
    Si il était acceptable, pour un équipier, de mettre 5° de cap à droite ou à gauche pour augmenter le CPA avec une cible AIS proche, il n'était pas imaginable qu'une seule manœuvre sur le pont puisse se dérouler hors sa présence.

    Vous ne pouvez pas imaginer comment j'ai bien dormi pendant 8 jours (nuits) !

    -----

    Radar ?
    Non, pas à bord de notre Saba 50.
    Pas de "Mer-veille" non plus, le détecteur de radar de Ciel & Marine.

    Il pense comme moi.
    Le radar est déclassé (ou sera déclassé) par l'AIS.
    Le radar n'est plus utilisé (ou ne sera plus utilisé) que par ceux qui ont pour habitude de se servir d'un radar.
    Le radar n'est plus utile (ou ne sera plus utile, si vous voulez) que pour détecter les grains ; sachant qu'il existe une ou deux autres façons de voir les grains arriver.
    Avec les yeux, par exemple.
    À condition que quelqu'un regarde la mer.
    Que quelqu'un veille.

    -----

    Alors pourquoi plusieurs équipiers ?
    On pourrait dire qu'il aime mettre les pieds sous la table à l'heure du repas ?
    Pas sûr.
    Il a fait un Osso Buco qui était à peu près parfait.
    Plus simplement, Christophe est d'une bonne sociabilité.
    À 3 ou 4, la vie est juste meilleure à bord.
    Et 3 ou 4, c'est tout de même mieux pour la veille !
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Mer 29 Avr 2015 - 6:54

    jpla a écrit:
    Passé 20 nœuds, ce bateau ne marche plus contre le vent.
    C'est comme ça, tout le monde le sait, il faut s'interdire certaines routes, prendre des gribs pour toujours se placer au mieux, partir plus tôt ou plus tard, et remplir la cuve de 900 litres pour les deux 75 C

    Je me demande quand même comment faisaient les grands voiliers autrefois pour remonter dans le vent, et même louvoyer ? Les bords étaient peut-être fortement aplatis, mais ils fallait bien qu'ils y arrivent quand même (sauf tempêtes, circonstances exceptionnelles).

    Et ce n'étaient pas des fifties, eux, puisqu'ils n'avaient pas de moteur pour s'appuyer.

    Aussi, sans mettre ta parole en doute puisque tu arrives de naviguer dessus, je me demande quand même si ton assertion n'est pas exagérée..
    avatar
    Flora;)

    Re: Saba 50

    Message par Flora;) le Mer 29 Avr 2015 - 8:35

    jpla a écrit:Les quarts, c'était de 21h00 à 9h00.
    ...
    Et 3 ou 4, c'est tout de même mieux pour la veille !

    Ta réponse me satisfait ! j'adhère tout à fait à ce que tu as écrit entre la première et la dernière ligne !


    L'AIS aurait pu tomber en panne ! quant au radar, à part dans les coins où la visibilité est souvent mauvaise, j'ai jamais cru que c'était indispensable. Les rares fois où j'ai eu à m'en servir en voyage,  (toujours sous les tropiques) il servait en effet surtout pour repérer les grains, de nuit !

    Seule remarque : personne officiellement de veille entre 9h00 et 21h00 ? 

    J'ai toujours pratiqué la veille 24h/24 et je crois que c'est mieux, pour celui qui n'est pas de quart et pour la sécurité.
    Celui hors quart peut faire tout ce qu'il veut, sachant que l'autre inspectera l'horizon sur 360° toutes les 10 minutes (temps qu'il faut à un navire normalement rapide pour sortir de l'horizon et présenter un risque de collision).

    Si je veux naviguer sur un Catana ? avec ton ami, ça ne me déplairait pas, mais ce n'est pas à l'ordre du jour ! Plein boulot pour moi, c'est le prix de mes années de liberté !

    Mais quand il sera rendu à Canet, j'irais bien lui faire un petit bonjour ? 
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Mer 29 Avr 2015 - 8:49

    C'est la crise...

    La crise ? Rolling Eyes

    Quelle crise ?? (Et surtout pour qui ?) Laughing

    http://www.catamarans-fountaine-pajot.com/fr/modele/37/ipanema-58
    avatar
    walkabout

    Re: Saba 50

    Message par walkabout le Mer 29 Avr 2015 - 20:50

    Kobaya a dit a écrit:Je me demande quand même comment faisaient les grands voiliers autrefois pour remonter dans le vent, et même louvoyer ? Les bords étaient peut-être fortement aplatis, mais ils fallait bien qu'ils y arrivent quand même (sauf tempêtes, circonstances exceptionnelles).

    J'avais vu, je crois dans Un Thema (ARTE), le schema reprenant les infos d'un livre de bord de grand voilier essayant de passer la cap Horn par fort vent de face. Plusieurs semaines à tirer des bords carrés (voir plus) en attendant que les conditions soient plus maniables.
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Mer 29 Avr 2015 - 21:48

    c'est même arrivé que certains repartent dans l'autre sens vers le cap de Bonne-Espérance.

    Voila les circonstances exceptionnelles dont je voulais justement parler.

    Sorti de celles-ci, ils remontaient fort mal au vent, mais y arrivaient malgré tout.
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mer 29 Avr 2015 - 23:20

    Une fiction célèbre fondée sur des événements réels.
    "Mutiny on the Bounty".
    Le capitaine Blight et son équipage aux ordres (jusque là) louvoient carré pendant 3 semaines devant le Horn.

    -----

    Pour les bateaux modernes, nous en connaissons des dizaines qui ne font guère mieux.
    Nous savons pourquoi, les causes sont multiples.
    Parmi ces multiples raisons, une particulière, la présence de moteurs qui conduit à ne plus faire d'effort pour construire des bateaux performants aux allures proches du vent.
    On appuie au moteur.
    C'est le standard depuis presque 30 ans.
    Le Saba 50 est dans cette ligne.

    Dans les semaines précédant le possible départ, évidemment, nous consultions les fichiers météo pour nous faire une idée de ce qui pourrait nous attendre.
    Le mercredi 11 mars (nous sommes partis le samedi 21), je passe à Christophe une capture GFS dans zyGrib.
    Celle-ci...




    Rien.
    Juste une petite dorsale sur le golfe de Gascogne qui courbe un peu les isobares et nous fait un possible vent un peu pointu à plus ou moins 3 Beaufort.
    La réponse de Christophe est :
    "- C'est juste que je crois que le près, no way avec un Saba 50, allez d'ici là..."
    Pas plus grave, 10 jours plus tard il n'y aura rien de cette petite dorsale.


    Dernière édition par jpla le Mer 29 Avr 2015 - 23:49, édité 1 fois
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mer 29 Avr 2015 - 23:32

    Flora;) a écrit:
    ... personne officiellement de veille entre 9h00 et 21h00 ?

    Officiellement, non.
    Il n'y avait toutefois que peu d'idiots à bord et, si quelqu'un projetait un somme au cœur de l'après-midi, le dit somme était précédé d'une interrogation à la cantonade pour savoir si le projet ne gênait personne.

    -----

    Une fois, sur un autre bateau, nous avons fait mieux.
    Trois personnes à bord.
    Il n'y avait pas de quarts du tout !
    Et lorsque la nuit l'un était de veille, il l'était aussi longtemps que les deux autres restaient dans leur sommeil.
    En fait, personne n'abusait.
    Ça s'est même très très bien passé.
    Mais cette formule n'est sans doute possible qu'avec des personnalités très "compatibles".
    avatar
    jpla

    Re: Saba 50

    Message par jpla le Mer 29 Avr 2015 - 23:48

    Sur la veille, tu parles comme si tu redoutais que les navigateurs bardés de modernités électroniques s'en remettent entièrement à ces outils.
    Au point de négliger la veille visuelle.

    Je crois que c'est rare.
    Dès lors qu'il y a plusieurs personnes à bord d'un bateau, je crois que les gens organisent des quarts "à l'ancienne".

    Une exception, sans doute, les "solo sailors" qui se fient à leurs alarmes.
    Ils s'organisent pour dormir par tranches de 10 ou 20 minutes, mais ils finissent tous par tomber dans les bras de Morphée 4 ou 6 heures de rang.
    Il y a eu beaucoup de collisions dans les zones de fort trafic, ces dernières années, entre des solos et des gros.
    avatar
    kobaya

    Re: Saba 50

    Message par kobaya le Jeu 30 Avr 2015 - 8:10

    jpla a écrit:
    Pour les bateaux modernes, nous en connaissons des dizaines qui ne font guère mieux.
    Nous savons pourquoi, les causes sont multiples.
    Parmi ces multiples raisons, une particulière, la présence de moteurs qui conduit à ne plus faire d'effort pour construire des bateaux performants aux allures proches du vent.
    On appuie au moteur.
    On ne peut tout avoir. Et un bateau est toujours un compromis, où certaines qualités seront privilégiées au détriment d'autres.

    Un exemple : les dériveurs intégraux feront, c'est sur, un moins bon cap que des quillards. A chacun de savoir ce qu'il préfère, à savoir une remontée au vent assez pointue, ou la faculté d'aller se poser offerte par un fond plat..

    De même pour les multicoques. Le tout est de ne pas tomber dans l'exagération et l'incapacité de remonter dans le vent, ce qui je crois est certainement très rare. [Le vrai "bord carré" est exceptionnel, sauf cas de courant contraire s'ajoutant à un près médiocre.]

    Rien n'oblige alors à "mettre le moteur". On peut parfaitement faire du près - en fait du bon plein réel - et louvoyer sans mettre la machine en route. C'était personnellement la méthode que j'employais sur ma "caravane flottante". Je ne m'en suis qu'exceptionnellement servi en fifty voile + moteur.

    Je n'avais pas d'expérience du multicoque quand j'ai acheté mon bateau. Je me suis rendu compte bien évidemment que le près n'était pas son fort, mais je m'y attendais, bien évidemment.

    Il y avait alors deux solutions : titiller sans cesse les écoutes, tenter d'améliorer le cap, se ronger les sangs pour finalement mettre la bourrique en route,

    ou prendre les choses comme elles sont, cesser de se prendre la tête, continuer à faire de la voile et lire un bouquin.

    J'ai toujours privilégié cette dernière.

    Car ni un près pointu ni une vitesse élevée n'étaient dans mes priorités, par rapport à toutes les qualités - nombreuses - que j'ai trouvées à mon bateau.. 

    Ceci dit, à chacun les siennes...


    Dernière édition par kobaya le Jeu 30 Avr 2015 - 18:33, édité 1 fois
    avatar
    Flora;)

    Re: Saba 50

    Message par Flora;) le Jeu 30 Avr 2015 - 17:58

    @jpla à propos de la veille.

    Si malgré la présence à bord d'un équipement aussi perfectionné que l'AIS, on continue à faire la veille comme avant, je rejoindrais la position de Kobaya ! Inutile de s'encombrer d'un truc compliqué, qui bouffe de l'énergie et cher à l'achat ! 

    Mais justement, ce système ne donne-t-il pas un faux sentiment de sécurité aux non-avertis, sans parler des solo-sailors ?

    C'est certainement un grand progrès pour les navires marchands qui ont besoin de temps et d'espace pour manoeuvrer. 

    Moi je m'en fiche un peu de savoir qu'il y a x navires (trop loin pour que je les vois à l'oeil nu) qui vont me passer à proximité, du moment qu'on fait pas route de collision, et ça je sais le voir avec un simple compas de relèvement...

    Et puis j'aime bien causer à la VHF quand il y a un doute ! Je me souviens d'un bateau de guerre US au large de la Colombie avec qui j'avais taillé la bavette et à la fin, comme je lui demandais son nom, il m'a dit : "sorry Madam', this is a warship !"
    avatar
    Vito _/)

    Re: Saba 50

    Message par Vito _/) le Jeu 30 Avr 2015 - 18:21

    Flora;) a écrit:@jpla à propos de la veille.

    Si malgré la présence à bord d'un équipement aussi perfectionné que l'AIS, on continue à faire la veille comme avant.

    AIS + veille = redondance ou "ceinture et bretelles"

    C'est un plus pour la sécurité du bateau, qui avec ses passagers vaut sans doute bien plus que les quelques roros investis.

    Mais on va pas relancer le débat sur l"électronique, hein...

      La date/heure actuelle est Mar 19 Sep 2017 - 13:49