le forum de la voile et de la mer

Sujets sur la belle bleue, les marins, les bateaux : actus, débats, art, culture, technique, nautisme, belle plaisance, voyage, navigation.

Derniers sujets

» calme plat
Aujourd'hui à 9:33 par sylv1

» Tragique accident : skipper/proprio en solo, mort dans l'incendie de son bateau
Sam 12 Aoû 2017 - 16:41 par lepilori

» G fait un dessin avec GG et G navigué tout autour de la Bretagne !
Sam 12 Aoû 2017 - 11:39 par GG

» Arome HD, à voir...
Sam 12 Aoû 2017 - 9:29 par jpla

» Lagoon 450 : Fly Bridge ou Sport Top ?
Jeu 10 Aoû 2017 - 0:28 par jpla

» Je ne suis pas d'accord !
Mer 9 Aoû 2017 - 20:58 par lepilori

» le Sélection 37 Sagga
Mar 8 Aoû 2017 - 16:24 par arthur gordon

» ???
Dim 23 Juil 2017 - 9:46 par GG

» Comment est votre bateau ?
Jeu 20 Juil 2017 - 21:10 par jean-paul7158

Petites annonces

    Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Partagez
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Dim 11 Mai 2014 - 22:31

    Vous n'allez pas me croire.
    Depuis deux mois que nous parlons ici, je n'avais pas mis les pieds dans cette pièce.
    J'ai poussé la porte.
    Ça n'était pas si encombré que ça.
    Même plutôt clair.

    J'ai cherché des cartons d'un coup d'œil circulaire.
    De la gauche vers la droite (la porte s'ouvre à droite).
    Et derrière la porte, parmi d'autres, juste là, trois cartons de "lessive de mer" (voyez la photo).
    Bien empilés l'un sur l'autre.
    Avec de la poussière, mais un coup d'éponge a suffit.

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Dim 11 Mai 2014 - 23:34

    Le premier carton.
    Celui de tout dessus.

    Ya pas grand chose, il est à demi pleinvide.
    Et je ne sais pas s'il faut être fier, ou avoir honte, de ce dont ça parle...

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Dim 11 Mai 2014 - 23:37

    Le deuxième.

    Des choses beaucoup plus originales.
    Le ferro, une époque, tout à fait démodé aujourd'hui.
    Des stats officielles de la plaisance.
    Et quelques autres trucs dans le genre.
    Des notes manuscrites, aussi.

    Je reviendrai dans ce carton.


    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Dim 11 Mai 2014 - 23:50

    Le troisième et dernier carton.
    Des livres, quelques revues.






    Si je devais vous en recommander un, ce serait le rapport officiel du Fastnet 1979. J'ai lu ça comme un roman.
    Je n'ai aucun souvenir du style d'Olivier ! Vous en parliez il y a quelques jours.

    Et bien sûr.
    Celui que nous voulions tous voir.
    Il était bien là, dans l'épaisseur des livres empilés.
    Nous le feuilletterons ensemble dans les jours qui arrivent.
    Si vous le voulez.
    avatar
    Flora;)

    Une mine !

    Message par Flora;) le Lun 12 Mai 2014 - 7:18

    Oui oui, on veut bien !
    Euh, on est dans le Off, là ?
     Wink 
    Tu n'aurais pas les LN des années 77-83 par hasard ?
    J'ai perdu certains de mes écrits de l'époque.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 17:38

    La journée d'hier.
    C'était une journée de convergence.

    À défaut de pouvoir tenir les plans initiaux, presque par dépit, l'après-midi j'ai visité des amis.
    Ils étaient là.
    Puis d'autres sont arrivés.
    Et encore d'autres plus tard.
    En au moins cinq vagues successives.
    Une pleine maisonnée d'impromptus ; ce qui ne se produit jamais à l'ordinaire.
    Je pratique ces gens, avec plus ou moins d'assiduité, mais je ne les avais jamais vus rassemblés dans cet endroit là.

    Je leur ai dit, avec détachement, avec désinvolture, que j'avais ouvert des cartons le matin.
    Leur appétit s'en est trouvé aiguisé.
    J'ai réussi à leur placer Vito Dumas.
    Et à improviser une micro conférence zénithales-déclinaison-latitude.
    Je vais leur passer le lien.
    Ça va faire des lecteurs pour Sillages_/)

    Et aussi.
    La maîtresse de maison a eu quelque chose à dire, une des choses importantes de la vraie vie.
    Et pour l'appuyer, elle est allée chercher du Champagne.
    Pour succéder à la prune et à la poire.
    Et faire suite au vin de Loire qui était déjà sur la table.

    Donc.
    Le jour où j'ai retrouvé le livre de Vito Dumas.
    J'ai porté la coupe aux lèvres.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 17:41

    Et vous ?
    Ben c'est prêt.
    Vous êtes tous les bienvenus.

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 21:51

    @Flora;) a écrit:Tu n'aurais pas les LN des années 77-83 par hasard ?

    Si j'ai une autre occasion de repasser cette porte, et de rouvrir ces cartons, je regarderai.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 21:54

    La 4 de couverture...




    Maintenant, le livre de Vito Dumas, je vais vous le lire !
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 21:56

    Les premières lignes.
    De la main de Vito Dumas, lui-même.

    "Des hommes de mer à la peau tannée par le sel et le vent discutent près de mon bateau.
        - Celui-là, dit l'un d'eux, étalera tout juste 25 milles par beau temps.
        - Vous croyez ça ? intervient le second, eh bien moi, je ne pense pas. J'ai navigué à bord, il y a dix ans, et on a bien failli y laisser la peau devant Saint-Jean-de-Luz. Dès qu'il y avait un peu de mer, les coutures faisaient déjà de l'eau.
    Un troisième, peut-être un peu plus généreux mais dont la voix tranche comme un couteau de calfat, précise pour finir.
        - Il ne passera pas le cap Finisterre…
    Tous les trois ignorent que je suis à l'intérieur du bateau et que j'entends ce qu'ils disent. Mais ce sont des marins et ils ne parlent pas sans raisons. Tous les trois ont beaucoup navigué et ils sont aussi familiarisés que possible avec tous les problèmes de la mer. Ils ne méconnaissent rien non plus des bateaux."



    Je trouve que la traduction est bonne.
    Des quelques autres lignes que j'ai rapidement lues au hasard.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 22:14

    Édition de 1982.
    Quelques croquis et photos...





    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 22:18

    Les quatre voyages principaux de Vito.

    En fait, ce livre est une compilation.
    Les Éditions du Pen Duick ont rassemblé à peu près tous les écrits de Vito Dumas dans un seul ouvrage.



    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 22:35

    Quatre voyages.
    Quatre pages que vous pouvez agrandir pour en faire lecture.

         
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 22:42

    C'est fini pour les présentations.
    Maintenant, il va falloir aller voir ce qu'il y a vraiment dans le livre.
    Et voir si l'on parle vraiment de nav astro de réchappe.
    Ou pas.
    avatar
    arthur gordon

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par arthur gordon le Lun 12 Mai 2014 - 22:44

    Après une splendide présentation du flacon, voilà la dégustation !
     study  
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 12 Mai 2014 - 23:33

    @jpla a écrit:
    @Flora;) a écrit:Tu n'aurais pas les LN des années 77-83 par hasard ?

    Si j'ai une autre occasion de repasser cette porte, et de rouvrir ces cartons, je regarderai.

    1980 - Novembre.
    1981 - Mai, Juillet.
    1982 - Juin.
    1983 - Mars, Avril, Juin, Août, Novembre, Décembre.

    Rien vu en MNC dans les sommaires !
    avatar
    Flora;)

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Flora;) le Mar 13 Mai 2014 - 6:04

    @jpla a écrit:
    @jpla a écrit:

    Si j'ai une autre occasion de repasser cette porte, et de rouvrir ces cartons, je regarderai.

    1980 - Novembre.
    1981 - Mai, Juillet.
    1982 - Juin.
    1983 - Mars, Avril, Juin, Août, Novembre, Décembre.

    Rien vu en MNC dans les sommaires !
    Ce n'était pas C à l'époque... mais avec MN tu aurais trouvé !
    Merci d'avoir cherché !
    avatar
    Flora;)

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Flora;) le Mar 13 Mai 2014 - 6:09

    @jpla a écrit:Et vous ?
    Ben c'est prêt.
    Vous êtes tous les bienvenus.





    On dirait que tu nous as pris de court...
    Bon le temps de trouver une date et de rassembler les troupes, on arrive !


    avatar
    Flora;)

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Flora;) le Mar 13 Mai 2014 - 6:46

    @jpla a écrit:     La journée d'hier.
    C'était une journée de convergence.
    ...
    J'ai réussi à leur placer Vito Dumas.
    Et à improviser une micro conférence zénithales-déclinaison-latitude.
    Je vais leur passer le lien.
    Ça va faire des lecteurs pour Sillages_/)
    ...

    Pas que lecteurs, on espère !
    On a aussi besoin de participants actifs.

     & pirat & Shocked & sunny etc.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mer 14 Mai 2014 - 22:52

    "Voici d'ailleurs ses caractéristiques : longueur hors tout 14 mètres ; longueur à la flottaison 6,68 mètres ; bau 2,35 mètres ; tirant d'eau 1,76 mètre.
    En fait, un ancien 8 mètres de série internationale qui, depuis quatre ans, est au sec.
    Mais, maintenant qu'il m'appartient, il est devenu toute ma vie et toutes mes espérances."


    "En Argentine, il m'est arrivé une fois d'apercevoir le rio à travers les fentes d'un bateau comme le mien : une drôle de sensation. Mais en transformant mon sloop en côtre à tapecul avec trinquette et foc, je me dis que j'aboutirai bien à diminuer l'effort du fait de sa répartition sur plusieurs points et que, avec un grand mât et un mât d'artimon, au lieu d'un seul espar, je parviendrai de la même façon, en réduisant le travail de chacun d'eux, à soulager mon gréement."

    "Je monte à bord. C'est la dernière nuit que je vais passer en France où l'on m'a si amicalement accueilli. J'allume ma lampe qui se balance doucement au plafond du roof.
    Sur la banquette je dispose les focs et mon peignoir comme j'ai fait les nuits précédentes. C'est là tout mon lit, je n'ai ni matelas, ni couvertures. Un équipement de régatier somme toute, auquel je n'ai rien modifié, pas même la hauteur sous barrots qui reste à 1,55 mètres et m'interdit de me mettre debout. Seules les ouvertures du pont ont été obstruées hermétiquement et le cockpit, qui était très ouvert, est en partie bouché maintenant avec des planches. Pour pouvoir me faire quelque chose de chaud, je dispose d'un réchaud à alcool ordinaire et sans suspensions.
    Tout mon confort pour affronter sept mille milles d'océan…"





    Le Legh, d'Arcachon à Buenos Aires, 1931-1932.

    C'est un Yawl, l'artimon est en arrière du safran.
    Il n'y a pas de bande de ris dans la GV.


    Dernière édition par jpla le Mer 14 Mai 2014 - 23:15, édité 1 fois
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mer 14 Mai 2014 - 22:57

    "À terre, on m'avait dit qu'il serait préférable que j'aille relâcher à Saint-Jean-de-Luz d'où je longerais ensuite la côte cantabrique plutôt que de couper à travers le golfe de Gascogne et risquer d'y être surpris par le mauvais temps. Et comme j'ai mis cap à l'Ouest, parce que mon intention est bien de me tenir à mon plan en traversant le golfe pour reconnaître ensuite le cap Ortegal et, si la chose est possible, de doubler du même coup le cap Finisterre, je les vois qui se prennent la tâte dans les mains. Pour eux je vais droit à la mort."

    "Je remplis de kérosène le réservoir de mes feux de position pendant que les dernières lueurs du couchant éclairent encore."

    "Et voilà que, pour comble de misère, je manque à virer. Legh, privé de toile, répond mal à la barre. Quatre à quatre, je hisse la grand-voile. Même chose. le courant, sans doute décuplé par la brise et la violence folle des remous m'empêchent de venir dans le vent. Alors, à une demi-encablure des cailloux, je fonce sur eux, droit comme une flèche, puis je donne de la barre, passe par le vent arrière et j'envoie Legh sur son nouveau bord. Paré encore cette fois-ci, mais il était temps."

    " "Du pain !" avais-je crié au bateau qui passait près de moi. Je n'avais même pas pris le temps de dire bonjour. Les gars interloqués par mon irruption, se demandaient comment, à bord d'un bateau ayant toutes les apparences d'un plaisancier, on pouvait bien manquer de l'essentiel."

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mer 14 Mai 2014 - 23:06

    "… et mon séjour à la Grande Canarie devint un vrai paradis. Tous les jours, je fais de grandes promenades à travers l'île où la terre cultivée à flanc de montagne a été amenée de pays voisins et souvent je fais fureter dans les grottes que les Guanche habitèrent en leur temps sifflant, paraît-il, pour communiquer entre eux et s'avertir mutuellement de l'arrivée du collecteur d'impôt, si habilement du reste, prétend la légende, qu'aucun percepteur ne parvient jamais à joindre l'un d'entre eux…"

    "… et s'avertir mutuellement de l'arrivée du collecteur d'impôt de la ligne d'égale déclinaison/latitude 28° 00' N, si habilement du reste, prétend la légende, qu'aucun percepteur de la ligne d'égale déclinaison/latitude 28° 00' N ne parvient jamais à joindre l'un d'entre eux…"

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mer 14 Mai 2014 - 23:08



    Arrivée de Legh à Buenos Aires, le 13 avril 1932.
    avatar
    Flora;)

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Flora;) le Mer 14 Mai 2014 - 23:09

    @jpla a écrit: "… et mon séjour à la Grande Canarie devint un vrai paradis. Tous les jours, je fais de grandes promenades à travers l'île où la terre cultivée à flanc de montagne a été amenée de pays voisins et souvent je fais fureter dans les grottes que les Guanche habitèrent en leur temps sifflant, paraît-il, pour communiquer entre eux et s'avertir mutuellement de l'arrivée du collecteur d'impôt, si habilement du reste, prétend la légende, qu'aucun percepteur ne parvient jamais à joindre l'un d'entre eux…"

    "… et s'avertir mutuellement de l'arrivée du collecteur d'impôt de la ligne d'égale déclinaison/latitude 28° 00' N, si habilement du reste, prétend la légende, qu'aucun percepteur de la ligne d'égale déclinaison/latitude 28° 00' N ne parvient jamais à joindre l'un d'entre eux…"

    Ah, nous y voici !
    drunken

    Je viens de reprendre mon bouquin, je m'aperçois que c'est le même, édité par les EMOM en 1991, traduction Jean Merrien, Daniel Résal et Yves Le Scal...
    avatar
    Flora;)

    Nuit courte

    Message par Flora;) le Jeu 15 Mai 2014 - 7:58




    Pleine lune hier.
    Je suis restée en compagnie de Vito, le vrai !
    Rien trouvé d'autre que cette allusion, à la page 191 de mon édition.
    La nav astro de réchappe, soit c'est quelqu'un d'autre qui l'a pratiquée, soit... c'est toi qui l'a inventée !
    ???

    J'arrive pas à miniaturiser les photos comme dans le "test"...
    Quand je fais ça, j'obtiens un ? à la place de la photo !
    avatar
    Flora;)

    Bibliographie

    Message par Flora;) le Jeu 15 Mai 2014 - 8:27


    D'après la bibliographie de mon édition, c'est peut-être Gliskman qui en parle dans l'excellent "La voile en solitaire", un des bouquins restés dans mon ancienne vie...
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 15 Mai 2014 - 23:11

    Bien sûr que je peux me tromper !
    J'ai même un peu la trouille.
    Que ce ne soit pas dans ce livre de Vito Dumas !?
    Mais si ce n'est pas là, c'est ailleurs.
    La nav par zénithales, c'est un truc simple et vieux.

    Je ne revendique qu'une chose.
    L'invention du concept d'administration "parallèle".
    Des départements d'égale déclinaison/latitude.
    Novateur, n'est-ce pas ?
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 15 Mai 2014 - 23:39

    "Ce sont les premiers mots de ma langue que j'entends depuis cinquante-cinq jours. Tous les regards se tournent vers l'arrière du navire. À cette exclamation en espagnol, que je suis le seul à avoir compris, et avec quelle joie, les rires, les paroles, les gestes s'interrompent. L'obscur matelot, jouant le rôle d'interprète, devient du coup un personnage."


    "Je demande confirmation de ma position, mais on ne me répond que ce n'est pas possible. C'est la guerre… Il est interdit de donner des renseignements."
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 15 Mai 2014 - 23:41

    Dans la même ville, à l'escale.
    Point et contrepoint.

    "La ségrégation entre gens de couleur et Blancs est très marquée, au point que dans les pâtisseries, un écriteau précise : réservé aux Européens. Les tramways et les cinémas pour Blancs sont interdits aux gens de couleur, qui jouissent des leurs."

    "Nous entrâmes dans un des nombreux bars ; des amis arrivèrent, si bien que le cognac se multiplia par huit, tandis que s'entrecroisaient autour de nous toutes les langues du monde.
    L'un portait un fez, l'autre un turban blanc, celui-ci un large sombrero, celui-là, plus loin, une casquette ; atmosphère pleine de couleur et de pittoresque."
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 15 Mai 2014 - 23:41

    "Quel bonheur est celui de quiconque rompt avec les habitudes, échappant au mal de mourir vivant ou de vivre mort. Mais combien parviennent au terme de leur vie, sans jamais s'être éveillés ! Non pas seulement pour prendre le chemin sans bornes des routes de la mer, mais pour suivre simplement la route de leur vie."

    "… une dame m'ayant dit : - Il doit être beau de se sentir seul en mer, je lui répondis : - L'être humain naît en société et doit y revenir."

    avatar
    Flora;)

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Flora;) le Sam 17 Mai 2014 - 13:28

    Hors sujet, mais pas tant que ça, j'assume :

    "C'est à Conques que Soulages - né en 1919 à Rodez - eut lui-même une forme de révélation, à 12 ans: "J'ai compris que l'art comptait plus que tout, raconte le peintre abstrait aujourd'hui mondialement connu dans le dossier de présentation du musée à son nom. "Autour de moi, il me semblait que tous les gens perdaient leur vie à la gagner. Ils n'étaient pas heureux. Le dimanche, ils avaient des conduites de gens bizarres, presque d'ennui (...) J'ai ressenti qu'une seule chose pourrait remplir ma vie: peindre".

    Conques

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 19 Mai 2014 - 17:09

    "On dit que la solitude est belle quand on la partage à deux. ces mers offrent des joies à qui aime la nature et est capable de la comprendre. J'ai lu quelque part que trois choses n'ennuyaient pas : le nuage qui passe, les flammes d'un feu, et l'eau qui coule. ce ne sont pas les seules ; en premier lieu, le travail. L'homme qui se suffit à lui-même acquiert un état spécial, dont ces pages pourront donner une idée."

    "J'établis la grand-voile que je n'ai pas utilisée depuis vingt-sept jours que je l'ai réparée. Je contemple avec orgueil mon travail. C'est enfantin, mais profondément humain."

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 19 Mai 2014 - 17:12

    "Pour que Legh II marche mieux, je veux lui soulager l'avant, et je transporte la chaîne d'ancre au pied du mât."

    La chaîne d'ancre au pied du mât est une absolue évidence pour ce que est de la recherche d'une distribution des masses utile à la bonne marche du bateau.
    Sauf, vous le savez bien, pour les bateaux de série post 1970 ou 1980.
    Bon.
    Là, l'archi n'avait pas prévu non plus !

    Quelques pages sont consacrées à l'architecture navale de plaisance "milieu du XXème". C'est intéressant avec le recul.
    Il y a une note de l'architecte de Legh II, Manuel Campos.
    De nombreuses choses évoquées restent très vraisemblables après 60 ou 80 ans.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 19 Mai 2014 - 17:21

    Par contre.
    Pour ce qui est des appréciations des situations météorologiques, des phénomènes climatiques en général, les propos de Vito Dumas sont généralement très approximatifs, voire spéculatifs.

    À sa décharge, considérons qu'il ne possédait pas et nos connaissances en cette matière, et les moyens qui sont les nôtres pour juger de se qui se produit.

    Sa seule ressource, les Pilot Charts.
    C'est mieux que rien.
    Ce document dit que le vent dominant entre Açores et Europe est d'Ouest, or, il n'est pas rare de prendre 10 jours ou plus d'Est sur la zone.
    Au XXIème, ce n'est plus un document d'information digne de ce nom.
    C'est de la loterie.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Lun 19 Mai 2014 - 18:13

    "L'étoile Actenar se lève presque droit devant. entre les haubans est Aldebaran et, par mon travers, un peu au-dessus de l'horizon, Aries. Nuit de lune, constellée d'étoiles. Calme, calme et calme. Je rentre le foc-ballon, car le ciel se couvre, je le remplace par le tourmentin. Mon espérance… mon espérance, c'est la tempête."

    Une des rares références aux objets de la voute céleste.
    Je suis pessimiste.
    avatar
    Flora;)

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Flora;) le Lun 19 Mai 2014 - 18:22

    "Lehg II va de l'avant, tout seul, la barre amarrée avec de longues bandes de caoutchouc que j'ai découpées dans une chambre à air de voiture. Je trouve que c'est un bon système ; le meilleur à mes yeux pour laisser au gouvernail toute la souplesse nécessaire et conserver le cap comme sous la pression de la main. J'emploie toujours ce moyen pendant mes traversées. Cela me donne le temps d'écrire, de préparer ma nourriture et de dormir. J'ai calculé aussi, avec précaution, le moyen de faire la cuisine sans en être empêché par les mouvements du bateau. Pour ça, je cale un pied contre la descente et coince le corps entre la cuisinière et la table qui fait aussi, tout contre le mat d'artimon, office de table de navigation. Le vent peut alors souffler et la mer devenir furieuse, je ne bougerai plus de là tant que le bateau ne s'enverrra pas cul par-dessus tête."
    avatar
    Romuald
    Admin

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Romuald le Lun 19 Mai 2014 - 19:49

    Merci les amis pour les extraits. Un plaisir à lire.
    On est loin des blablas narratifs sans saveur que l'on trouve trop souvent.
    Quant aux étoiles..., bah, Vito parle de la vie : c'est pareil !  sunny
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mar 20 Mai 2014 - 0:28

    Le Cap Horn démystifié.

    "Si j'avais commencé mon voyage autour du monde par la route du Cap Horn, ce que j'y trouve m'aurait causé une forte impression et de long moments d'inquiétude ; mais j'arrive ici après tant de vicissitudes et de souffrances que le seul effet est de m'en faire attendre d'autres."

    "À 17 heures j'aperçois dans le Nord-Est la terre de Feu et, franchement, si je ne dois pas avoir plus de mer, avec le vent fort respectable qui souffle, je peux dormir tranquille ; je m'attendait à pis."

    "Cependant, j'ai l'impression que je vais trouver devant moi le calme ; et c'est ce qui se produit. Je suis venu ici m'attendant au pire sans qu'aucune difficulté m'apparût insurmontable ; dans l'attente de l'impossible, j'en suis arrivé à penser que je cherchais la mort ; aussi peut-il se produire que ce qui est effectivement démesuré ne me le semble pas, et que je commette une irrévérence."
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mar 20 Mai 2014 - 0:29

    Devant Mar del Plata.

    "Mais j'entends le ronflement d'un moteur ; le bateau passe non loin ; le voici qui vient vers moi : ce sont des pêcheurs qui m'interpellent en une sorte de patois :
    - Cap'taine ! On vous attendais ! Nous avons veillé la mer toute la journée en vous espérant… Nous n'allions tout de même pas passer sans vous dire bonjour !
    Je suis gonflé de joie : ils m'ont appelé "capitaine" ! Ils veulent me remorquer.
    - Mais vous allez perdre une journée de pêche ?
    - Bah ! Nous pêchons tous les jours ; l'honneur de vous remorquer n'arrive qu'une fois dans la vie !"
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mar 20 Mai 2014 - 0:37

    Le plus grand des 4 voyages de Vito Dumas vient de se terminer.
    Le plus long et le plus sévère.
    Le tour du monde par les trois caps.
    En solo pour la première fois dans l'histoire.

    Et jusque là, rien.
    Rien que de la navigation astronomique conventionnelle mâtinée d'une bonne estime.
    Où il s'en sort bien.
    Mais pour notre nav astro de réchappe, rien !

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mer 21 Mai 2014 - 18:48

    J'ai jugé "approximatives" et "spéculatives" les appréciations météorologiques de Vito.
    Un exemple nouveau que je vous indique cette fois.
    En mer Caraïbe, le 26 février 1946, il affronte un cyclone.
    Le phénomène dure une dizaine d'heures !

    Certaines autres choses tiennent mieux la route…
    "Ce long séjour n'avait eu d'autre raison que d'attendre l'heure propice pour lever l'ancre. Cuba est située dans la zone des cyclones qui, du 10° degré de latitude nord et du 55° degré de longitude ouest, envoient leur coup de balai en direction du noroît jusqu'à la côte américaine de la Floride pour se perdre ensuite en Atlantique en direction du nord-nordé."

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Mer 21 Mai 2014 - 19:11

    "La distance qui me sépare de Rio de Janeiro diminue lentement. Paquebots et bateaux de charge me dépassent à la queue leu leu comme s'ils suivaient une voie ferrée. Il suffit que je me tienne éloigné d'une centaine de mètres de cette route invisible pour naviguer en toute tranquillité."

    Une centaine de mètres, peut-être un peu juste pour être cool.
    Un mille, c'est sûr.
    Voyez une carte de traces AIS cumulées, en Baltique, en Manche, à travers le Gascogne, autour de la péninsule ibérique.

    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 22 Mai 2014 - 11:54

    Celle-là, je vous la livre (presque) in-extenso (en plusieurs posts).
    Ce type a quand même une drôle de personnalité.
    Tout les évènements qui président à sa course dans son troisième voyage, et la manière dont il les appréhende, sont choses EXTRAORDINAIRES.

    D'abord, il cabote d'Argentine à La Havane.
    Jusque là, hormis le cyclone de février, tout va bien.
    Puis cap sur New-York.

    "Très attentivement, je passe alors en revue tout ce qui m'est arrivé ces derniers jours : l'avion et son cadeau que je préfère ne pas appeler par son nom ; les amateurs de pêche sportive au milieu desquels je m'étais trouvé au large d'Atlantic City, sans que personne n'ait paru se rendre compte de ma présence malgré mes appels répétés. Plus tard, lorsque j'étais déjà sur les atterrages de New York à la hauteur du feu de Relief, ma rencontre avec un bateau de guerre qui, au lieu de continuer sa route et me ranger à portée de voix, avait tout à coup changé de cap pour décrire un demi-cercle qui l'avait éloigné au point de rendre toute communication impossible. Plus tard encore, par le travers de Monmouth Beach, les bateaux de la compagnie Barnegat dont les hommes me firent signe qu'ils ne pouvaient m'entendre à cause du bruit de leurs moteurs - les mêmes vedettes d'ailleurs qui, dans le moment difficile où je me trouvais encalminé sur le passage des gros navires, ne firent rien pour m'aider ; le patron ensuite du bateau pilote qui me tourne le dos quand je lui demande de me remorquer ; et, pour finir, le petit transporteur Atomic chargé de touristes, qui continue son chemin en passant contre moi alors que je finis, à la godille, de dégager mon bateau et que je vais tomber évanoui sous l'effort."

    "Alors, sans chercher plus avant, j'empoigne la barre et, faisant pivoter mon Legh II, je mets tout simplement le cap sur les Açores. À bord, je dispose encore de dix jours de vivres, de quoi couvrir, après tout, deux mille milles. Je ne sais pas ce que le destin va me réserver dans cette nouvelle traite, mais, même si j'avais su alors qu'elle allait m'obliger à faire une longue traversée de plus de cent jours par l'Atlantique Nord, j'aurais été encore de l'avant, car j'étais poussé par une amère rancœur contre ceux qui avaient refusé de me tendre la main quand j'étais à quelques mètres du but."

    Donc exit l'escale de New-York !
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 22 Mai 2014 - 19:15

    Vous connaissez les avantages des bateaux qui ne gagnent pas dans le vent ?
    Vous connaissez les défauts des bateaux qui font un bon près ?

    "Le 14 juillet, il ne manque plus que quatre-vingts milles à courir pour relâcher à l'île de Fayal mais, pendant la nuit, la brise toujours crochée dans l'est s'est mise à forcir et la mer, de plus en plus formée, rend la progression difficile.
    Je décide alors d'abandonner l'escale des Açores pour faire route directement sur Madère qui se trouve actuellement à six cents milles dans l'est-sud-est. Avec la brise portante dont il profite à ce cap, legh II glisse allègrement sur la houle, aidé de surcroît par le courant."

    C'est pas fini.

    "Le 21, cependant, comme je prends une hauteur, je m'aperçois qu'à force de tomber sous le vent, j'ai atteint une position nord 32° 29' par 31° 30' ouest qui se trouve légèrement au-dessous du parallèle de l'île. Pour rallier le port de Funchal, j'ai encore deux cent dix milles à courir en gagnant au vent, ce qui ne va pas être facile, car la brise qui hâle de plus en plus le Sud me vient désormais de l'île même et, quand je pense aux milles que je dois additionner à la route directe s'il me faut louvoyer jusqu'à Madère, j'en arrive à penser qu'il me serait certainement plus avantageux de relever directement sur les Canaries pour lesquelles je n'aurais somme toute à courir que trois cents milles et à une allure bien plus arrivée."

    Et une petite dernière.

    "Mais, pendant que je gouvernais pour me tenir par le travers de ce feu, je me suis beaucoup trop sous-venté pour pouvoir entrer désormais dans le port sans louvoyer. Le courant, qui est très violant, me dépale rapidement vers le sud et, chaque fois que je tire un bord pour essayer de me rapprocher de la jetée en m'élevant dans le vent, je pers encore un peu plus de terrain. Inutile d'insister. la brise que j'ai maintenant droit debout et le courant traversier qui me déporte à vive allure m'interdisent radicalement d'atteindre La Luz. Un sanglot de rage me vient aux lèvres que je réprime aussitôt car c'est de l'espoir qu'il me faut et non le contraire et aussi une raison logique pour continuer cette absurde pérégrination à travers l'océan.
    27 juillet, cinquante-quatrième jour depuis mon départ de La Havane. Je note le bilan : aujourd'hui quatrième atterrissage raté."

    Perso.
    Je connais les défauts des bateaux qui ne gagnent pas dans le vent.
    Je connais les avantages des bateaux qui s'élèvent bien dans le vent.


    Dernière édition par jpla le Jeu 22 Mai 2014 - 20:45, édité 1 fois
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 22 Mai 2014 - 19:16

    Deux semaines plus tard, il va aussi rater son atterrissage aux îles du Cap Vert ; de ce qu'il dit.

    "Enfin, le 10, j'arrive à distinguer dans l'ouest, comme voilées par la brume, les contours de Boa Vista du groupe des îles du Cap vert ; peut-être à une trentaine de milles.

    Pas la moindre brise ; la seule force qui agisse sur Legh II est encore le courant qui continue de l'entraîner vers le sud sans que je puisse manœuvrer pour m'approcher de la terre. Quelques heures plus tard, c'est au tour de l'île de Porto Praia d'apparaître par mon travers. Et le dernier maillon de cette chaîne de cailloux me glisse entre les mains.
    Maintenant c'est fini. Un grand silence a envahi l'atmosphère."

    Ce très long épisode se termine au Brésil le 17 septembre 1946 , à Mucuripe/Fortaleza, côte nord-est du Brésil.


    Dernière édition par jpla le Jeu 22 Mai 2014 - 21:54, édité 1 fois
    avatar
    Romuald
    Admin

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par Romuald le Jeu 22 Mai 2014 - 20:35

    Donc Vito va où le vent va, ou ne va pas d'où le vent vient;
    et si le courant court contre, Lengh comme un cheval fou porte toujours Vito...
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 22 Mai 2014 - 21:11

    @Romuald a écrit:Donc Vito va où le vent va, ou ne va pas d'où le vent vient;
    et si le courant court contre, Legh comme un cheval fou porte toujours Vito...

    C'est sans doute encore plus que ça, Romuald.
    Cette succession interminable d'atterrissages ratés.

    Certes, Legh II est une baleinière.
    Mais c'est loin d'être de la daube de cétacé.
    Profil norvégien, gréement bermudien, voilure divisée, un lest externe, un déplacement total "léger" pour l'époque (et encore aujourd'hui par rapport à certains boats hauturiers), pensé pour le solo.
    Moderne quoi.
    Pas d'accessoires parasites dans le gréement ou sur le pont pour trainer de l'air lorsque au louvoyage.
    Lorsqu'il quitte un peu plus tard Mucuripe/Fortaleza pour l'Argentine, il doit d'abord déborder le cap Calcanhar à la pointe NE du Brésil contre l'alizé de sud-est et le courant associé, plein vent debout et courant debout ; Legh II s'acquitte plutôt facilement de la besogne.

    Là où le propos ne colle pas du tout, c'est le ratage à La Luz (las Palmas - Gran Canaria).
    Sous le vent de La Luz, vers le sud, on trouve une dizaine d'autres ports ou abris tout à fait accessibles.
    Il faut ne pas tenter d'y entrer pour ne pas réussir à le faire !

    Alors, voulait-il vraiment faire escale à New York, aux Açores, à Madère, aux Canaries, et aux îles du Cap Vert ?
    Ou voulait-il seulement se tenir sur la mer ?
    Autant qu'il lui a été possible de le faire ?

    Parfois, au fil des pages, il évoque brièvement et discrètement sa propre folie !
    Pour le moins son état mental.
    Je n'ai pas trouvé dans tout le bouquin plus de 10 ou 20 lignes consacrées à ce sujet, comme des perches sporadiquement distribuées et fugacement tendues au lecteur.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Jeu 22 Mai 2014 - 21:30

    Ce soir, l'alizé de sud-est et son courant sur le Nordeste brésilien.
    En 2014, une situation comme celle là fait réfléchir un plaisancier autour du monde.




    En 1946, Vito Dumas se tape le truc au louvoyage sans se plaindre (flèche rouge).
    Legh II pouvait gagner au vent.
    Vito a choisi.
    Je crois.
    avatar
    jpla

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par jpla le Ven 23 Mai 2014 - 21:42

    En 1955, Vito Dumas fait construire un nouveau bateau.
    Le projet est de rallier New-York, puis l'Europe.

    "Sur la table, l'esquisse d'un petit sloop de sept mètres hors tout qui sera bientôt le Sirio. Le plus petit bateau avec lequel j'aurai pris la haute mer."

    "Le Sirio est de dimensions réduites pour deux raisons. D'abord la cherté croissante des matériaux, ensuite le fait qu'un petit bateau qui est capable d'affronter la haute mer doit inciter les jeunes à s'y essayer."


    Vito s'embourgeoise !

    "À l'arrière, pour la première fois, j'ai fait installer un moteur de 6 chevaux, de 2 cylindres, sur lequel est branché une dynamo qui alimente la batterie grâce à laquelle je peux avoir de la lumière et contrôler le top horaire par radio. La cas échéant le moteur peut, dans les calmailles près de la côte, me faire franchir une centaine de milles avec les quatre-vingts litres du réservoir qui est placé dans le coqueron arrière."

    "J'ai fait mettre aussi un fanal en haut du mât et un projecteur sur les barres de flèche pour éclairer le pont."

    "Afin d'éviter le pire, je me décide à gréer une sirène électrique qui, toutes les trois minutes, va lancer son appel."

    "Cette fois encore, je regrette de n'avoir pas de démarreur électrique et d'être obligé de m'appuyer la corvée de la manivelle."
    avatar
    arthur gordon

    Re: Vito Dumas, ou la nav astro de réchappe !

    Message par arthur gordon le Ven 23 Mai 2014 - 22:17


      La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû 2017 - 13:57