le forum de la voile et de la mer

Sujets sur la belle bleue, les marins, les bateaux : actus, débats, art, culture, technique, nautisme, belle plaisance, voyage, navigation.

Derniers sujets

» Et la Coupe de l'America, on en parle ?
Aujourd'hui à 8:33 par GG

» Au secours de ma serre bauquière, mes barrots et mon rêve
Dim 17 Sep 2017 - 21:03 par damdam

» Esquive cyclonique
Dim 17 Sep 2017 - 19:56 par jpla

»  " J "
Jeu 14 Sep 2017 - 22:11 par lepilori

» DON, le Romanée d'Izabel Pimentel
Jeu 14 Sep 2017 - 8:50 par GG

» Recherche!
Jeu 14 Sep 2017 - 8:33 par jiceay

» G fait un dessin avec GG et G navigué tout autour de la Bretagne !
Mer 6 Sep 2017 - 20:20 par Vito _/)

» Hola
Mar 5 Sep 2017 - 6:10 par heros de l'amer

» Le cap Horn des touristes...
Lun 4 Sep 2017 - 17:51 par jpla

Petites annonces

    Le charter russe

    Partagez
    avatar
    kobaya

    Le charter russe

    Message par kobaya le Mar 27 Mai 2014 - 22:26











    j'avais eu un charter à faire, sur la Costa del Sol où j'habitais alors.




    Le « Tamaragua » était un fifty hollandais. Ketch d'une quinzaine de mètres, de robuste construction en acier, doté d'une vaste timonerie.




    La mission consistait à accueillir au port de Sotogrande – dernière marina espagnole en allant vers Gibraltar – une troupe de touristes russes (nomenklatura, ou mafia ?  ) amenés par une demi-douzaines de taxi de Marbella, et de les emmener par la mer à Gibraltar, afin qu'ils visitent la ville et fassent quelques emplettes.




    Pépé Sanchez, mon ancien directeur commercial, nous avait bien recommandé (à ma femme et moi-même) de « soigner » les clients. Ceux-ci payaient la journée de location du bateau 150 000 pesetas (soit près de 1 000 euros).




    Nous sommes alors allé « faire les vivres », sous forme de vodka, gin, rhum ou autres whiskys, selon instructions.




    A 10 h les taxis arrivent. Les russes embarquent.




    C'est un petit trajet d'environ trois heures, qui se passe par calme plat. Le gros diesel ronronne, les russkofs éclusent sec, bien qu'on soit en matinée..  




    Arrivée au ponton de la douane de Gibraltar, à côté de la piste de l'aéroport.




    Contrôle de tous les passeports, et verdict :






      • Vous pouvez débarquer, ainsi que madame, me dit le douanier. Les autres doivent rester à bord : ils n'ont pas de visas !






    Je parlemente, j'argumente, mais rien à faire : les russes ne peuvent mettre pied à terre.




    Il faut absolument trouver une solution, et improviser : au prix de la journée, il est impératif de les occuper.

    Me vient alors une idée :







      • puisque vous vouliez faire des emplettes dans Main Street, je vous propose une alternative, avec une belle balade en mer : allons à Ceuta !






    Un russe déjà un peu chaud me demande :






      • c'est où, Ceuta ?









      • En face, en Afrique !







    Son regard s'illumine : « Africa ! Da, da... »  




    Et nous voilà repartis vers l'autre continent.




    Mais comme bien souvent, dans le Détroit, se lève dans l'après-midi la brise d'Est, fraîche, et mer moutonneuse.




    Le « Tamaragua » roule bord sur bord, malgré la grand'voile que j'ai bordée plat.




    C'est alors que ça se gâte quelque peu.. Saoûlés des libations du matin, et achevés par le mal de mer, mes russes arrosent copieusement l'intérieur où ils se sont réfugiés à cause des embruns. Allongés à rendre leurs tripes, ils bouchent aussi les toilettes.  




    Le plus valide vient vers la barre, et me demande s'il y a moyen de revenir en avion, ou de louer un hélicoptère à l'arrivée !!




    Je lui indique la solution du ferry régulier, qui fait ses aller-retours entre Ceuta et Algéciras, de l'autre côté de la rade de Gibraltar, en Espagne.




    A peine tournées les amarres, eux tournent les talons en titubant et fonçent vers la gare maritime !




    J'ai ramené le « Tamaragua » à Sotogrande , un sérieux travail de nettoyage et de débouchage nous attendant à l'arrivée.  




    Quand les taxis sont venus rechercher leurs clients, je n'ai pu que leur dire qu'ils étaient dans la nature. Mais où ? Eux-mêmes ne le savaient sans doute pas !  
    avatar
    Flora;)

    Re: Le charter russe

    Message par Flora;) le Mer 28 Mai 2014 - 18:54

    Marrante ton histoire !
    (si moi j'ai un problème de "size" parfois, toi tu as un problème d'intervalle !)

    Je n'ai encore jamais eu affaire à des Russes ici, mais j'ai expérimenté d'autres "gens de l'Est" dans une autre vie pro : c'est vrai qu'ils commencent la journée à l'alcool fort, chez nous ils appréciaient particulièrement l'Armagnac, cul sec dans des verres à apéro à 8h du mat' !!!
    drunken
    avatar
    kobaya

    Re: Le charter russe

    Message par kobaya le Mer 28 Mai 2014 - 19:07

    Désolé pour les intervalles ! c'est un texte que j'avais sous le coude, et j'ai fait un copier-coller.

    A la prévisualisation, ça allait, mais en texte définitif ("envoyer") il y avait en effet des blancs d'un kilomètre entre chaque ligne !  Shocked 

    je ne sais pas à quoi c'est dû .. 
    avatar
    arthur gordon

    Re: Le charter russe

    Message par arthur gordon le Mer 28 Mai 2014 - 23:10

    Kobaya, moi je sais ce qu'ils ont devenus tes russes, ils ont fait la traversée retour dans l'Espace !   
    Mais c'est vrai que tous ne sont pas revenus...   


      La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep 2017 - 10:41